Aujourd'hui nous sommes le 26/06/2017 il est 08:00:51 Bonne journée !

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

faune dans le compost

Les animaux ne peuvent pas vivre sans terre tout comme la terre ne peut pas vivre sans les animaux. Et lorsque l’on regarde de plus près un composteur on s’aperçoit que celui-ci est rempli de vie animale.

 

Ce sont les bactéries qui, par fermentation, commencent la décomposition des différents types de déchets que l’on accumule en couches successives de vert et de brun. Ces bactéries, qui sont les premiers acteurs de la transformation, provoquent une montée en température. C’est signe que la fermentation a démarrée. Les bactéries restent actives durant tout le temps du compostage et se multiplient rapidement, ce qui peut donner des montées spectaculaires de température jusqu’à 70°C.

Ensuite ce sont les champignons sous forme de filaments qui font leur apparition. Ce sont les seconds acteurs de la transformation. Ces champignons microscopiques, dont le nom scientifique est Mycéltum, ne supportent pas des températures supérieures à 50°C. C’est pour cela qu’on les retrouve plutôt vers les parois des composteurs. Ces champignons agissent sur les matières qui résistent aux bactéries. Les bactéries et les champignons appartiennent à ce que l’on appelle la mésafaune, pratiquement invisibles pour nos yeux, ils mesurent moins de 8 mm.

Ensuite on a toute une macrofaune, visible à l’oeil nu cette fois, qui va s’installer dès que les températures redescendent en dessous des 50°C.

  • Les nématodes, qui sont des petits vers mesurant moins d’un millimètre, s’installent. Leur nourriture principale est constituée des tissus morts des végétaux.

  • Les acariens, présents dans le compost, sont de forme ronde et de couleur rouge. Ce sont eux qui vont consommer les levures générées par la fermentation.

  • Les collemboles, qui se nourrissent principalement des végétaux en décomposition et de la microfaune (champignons, bactéries et algues) présents dans le compost. On ne les trouve pas uniquement dans le compost mais aussi dans tous les types de sols.

  • Il y a aussi le pseudo-scorpion qui se nourrit, quant à lui, d’acariens et de collemboles.

Quand la température descend encore plus bas, c’est une autre macrofaune qui va faire son apparition :

  • Les cloportes font partis des premiers arrivés, ils appartiennent à la famille des crustacés comme les crevettes. En s’attaquant aux matières grossières, comme le bois ou encore les racines, ils facilitent le travail de digestion pour les autres décomposeurs qui vont suivre.

  • Les mille-pattes, qui font aussi partie des ouvriers du compost, comme les cloportes, pré-mâchent la nourriture pour les suivants.

  • Les larves des cétoines qui collaborent activement à l’élaboration du compost. Elles mettent trois ans à se développer et on les retrouve aussi dans le terreau et les vieux bois. Il est donc important de les connaître afin de les remettre dans le composteur quand on le tamise. Cependant il ne faut pas confondre la larve des cétoines avec la larve des hannetons. Ces derniers ne sont pas amis des jardiniers mais se ressemblent beaucoup à ce stade de leur existence : ils sont tous les deux blancs et presque de la même forme. Pour les distinguer il faut retenir que la tête des cétoines est plus petite que son corps alors que c’est l’inverse chez les hannetons.

C’est la macrofaune qui s’installe en dernier qui finira la transformation de nos ordures fermicibles en vrai compost.

Dans cette catégorie de macrofaune on retrouve l’eisenia andrei et/ou l’eisenia fetida. Ce sont des vers de terre qui se développent uniquement dans le compost, le fumier ou la décomposition de toute matière organique. Ils n’ont pas du tout la même manière de vivre que les vers de terre que l’on trouve dans les sols. Leur rôle dans un compost est essentiel : par la digestion de la nourriture préparée par les acteurs précédents, ils transforment ce qu’on appelle le pré-compost en compost. Ils peuvent manger jusqu’à la moitié de leur poids par jour, ce sont les champions des composteurs !

A coté on retrouve aussi les araignées molles, de couleur brune/rouge, qui contribuent au bon équilibre biologique du compost, ainsi que les carabes, qui sont de bons amis des jardiniers, puisqu’ils se nourrissent, entre autres, de limaces, de doryphores et d’escargots.

Il peut arriver parfois de rencontrer des serpents dans votre composteur. En général ce sont des orvets et des couleuvres qui sont complètement inoffensifs et encore plus peureux que les humains, alors ne vous inquiétez pas. Ils s’abritent souvent dans ces endroits pour pondre leurs oeufs bien au chaud. Si vous vous occupez régulièrement de votre compost, vous aurez moins de chance d’en rencontrer, et, en tapant des pieds sur le sol, ils seront avertis de votre venue et s’enfuiront.

Si vous trouvez toute cette faune dans votre composteur, c’est que celui-ci est en équilibre et en bonne santé.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Propulsé par Frédéric Grimbert