Aujourd'hui nous sommes le 14/12/2017 il est 23:30:34 Bonne journée !

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

bio fourche

Les trois dénominations, à coté d’autres, de mon titre désignent bien le même outil ; la fourche à bêcher avec ses deux manches. Le nom « Grelinette » vient de Monsieur André Grelin qui a déposé un brevet en 1963 pour l’invention de cet outil de jardinage. Depuis, d’autres fabricants ont mis des outils semblables sur le marché sous l’appellation bio-fourche, aéro-fourche ou encore fourche à bêcher.

 

En utilisant la bio-fourche en vu de préparer votre terre pour recevoir les semis et les plantations de la saison, vous ne la retournez plus comme avec le bêchage. Les différentes couches ne sont pas mélangées avec comme résultat ; la vie macro- et microbienne du sol reste intacte. Quand on retourne la terre avec une bêche ou fourche traditionnelle, on perturbe l’équilibre de cette faune en mélangeant les différentes couches les échanges nourricières sont perturbés ou ne séffectuent pas. Le résultat en est qu’on se retrouve avec une terre pauvre et qu’on va devoir faire des apports en nutriments.

La bio-fourche permet d’aérer la terre et de casser les mottes grossièrement sur une profondeur d’une vingtaine de centimètres afin de rendre la terre plus souple sans perturber son équilibre en échanges. Son utilisation est facile et sans effort excessif pour le corps. Le dos reste droit durant l’opération et on va se servir de la force de nos bras. On enfonce les 3, 4 ou 5 dents de l’outil dans le sol à l’aide de son cale-pied en tenant les manches devant soi à bout de bras. On travaille en reculant afin de ne pas écraser le sol fraichement aéré. Quand les dents sont enfoncés dans la terre, on tire les manches simultanément vers notre corps et, par l’effet de levier, les mottes vont se détacher sans mélanger les couches.

Pour affiner le travail de préparation, ou si il y a des mauvaises herbes à enlever, je vous conseille d’utiliser une binette ou une griffe pour casser les mottes et enlever les racines les plus résistantes. En finissant avec un coup de râteau pour égaliser, l’emplacement est prêt pour recevoir ses hôtes.

Comme dans la nature, on ne laisse jamais un sol nu. Quand on observe un bois on voit bien que le sol est couvert de couches de feuilles mortes. Quand on creuse un peu ce sol, on constate que la terre dessous est une couche d’humus noir et riche en nutriments. Dans nos potagers le paillage imite ce phénomène naturel et quand il est en décomposition, il vient compléter notre terre d’humus. En aérant la terre on va enfuir grossièrement cette couche comme les éventuels apports de fumier ou compost.

On peut utiliser la bio-fourche non seulement pour désherber ou préparer sa terre pour les plantations, mais aussi pour récolter certains légumes tel que les pommes de terres, les carottes, les navets…ou pour repiquer d’autres légumes à distances régulières tel que les poireaux.

Malgré le prix élevé de la bio-fourche, qui représente un certain investissement, je recommande fortement l’utilisation de cet outil phare de la permaculture dans vos potagers.

En conclusion on peut dire qu’avec la bio-fourche on travaille sa terre à la bonne profondeur plus rapidement, sans se fatiguer comme lors d’un bêchage traditionnel, tout en respectant la vie du sol et le bien-être de nos dos.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Propulsé par Frédéric Grimbert