Aujourd'hui nous sommes le 23/08/2017 il est 16:45:33 Bonne journée !

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

semis

 

Il existe plusieurs méthodes pour semer vos légumes, vos fruits et vos fleurs dans votre potager. Pour leur survie, la plupart des plantes font des graines qu’on peut ressemer la saison suivante, sauf bien sûr celles qui se ressèment toutes seules, ainsi que celles qui sont labélisées F1 qui sont des hybrides stériles.

 

Il y a plusieurs bonnes raisons pour faire vos semis vous-mêmes. Si vous les achetez en semences, vous aurez un plus large choix de variétés. Certaines associations, comme Kokopilli, remettent ainsi des légumes et des fruits anciens au goût du jour. Si vous achetez des graines avec le label F1, ces graines seront stériles et vous ne pourrez pas les réutiliser par la suite. Je vous conseille fortement de choisir des semences certifiées bio pour ne pas vous retrouver avec des légumes ou des fruits qui contiendraient des pesticides.

L’autre avantage de semer vous-mêmes vos graines est que vous pouvez étaler vos semis dans la saison sans avoir besoin d’aller chez un producteur où le choix de plants est souvent restreint . En effet, une partie des légumes n’est pas disponible en plant puisqu’on ne peut pas les repiquer.

Toutes les graines ne sont pas semées de la même façon : certaines plantes préfèrent être semées à la volée, comme les prairies fleuries, certains engrais verts tels que le trèfle ou encore le blé de l’époque de nos ancêtres. Vous devez donc les disperser sur votre terrain, les tasser légèrement puis les arroser en pluie fine.

Certains légumes ne supportent pas d’être transplantés et vous devrez les semer sur place dans des sillons que vous aurez préalablement creusés à l’aide d’une houe, par exemple, à une profondeur adaptée à chacun d’eux. Parmi ces légumes on retrouve les carottes, les navets ou encore les radis.

Certaines légumineuses, telles que les haricots, les petits pois, les fèves, les capucines, etc… seront semées par groupe de 2 à 5 graines dans des trous appelés aussi poquets. Ce procédé demande plusieurs éclaircissements et sarclages des jeunes plants avant de pailler. Éclaircir c’est l’action d’enlever les plus faibles pousses et de laisser les plus fortes afin que ces dernières aient assez de place et de nutriments. Il existe aussi dans le commerce des rubans et des disques biodégradables sur lesquels les graines sont déjà réparties à distances égales. L’inconvénient c’est qu’ils sont très chers. L’avantage c’est qu’ils évitent le travail d’éclaircissement.

Certaines plantes ont besoin de grandir à l’abri avant d’être mises en pleine terre. Ces abris peuvent être une serre, une véranda ou un tunnel, tant que la température ne descend pas en dessous des 10°C. Vous pouvez les semer dans des petits pots, qu’on appelle des godets, ou en caissettes pour les plus grosses quantités. Par exemple, pour les graines de courges je vous conseille d’utiliser les godets, alors que pour les œillets d’Inde on va préférer les caissettes. Vous pourrez ensuite repiquer ces semences à l’extérieur quand la terre serra réchauffée et que les gelées seront écartées. Pour ce type de semences, le choix d’un bon terreau est indispensable afin d’éviter des maladies telles que la fonte des semis.

Certaines plantes potagères se multiplient d’autres façons. Les fraisiers, par exemple, développent des stolons sur lesquels poussent d’autres petits fraisiers qui peuvent ensuite être mis en terre ou en godet pour la saison suivante. L’ail, quant à lui, se multiplie en repiquant ses caïeux, comme certains autres bulbes. Pour les pommes de terres ce sera avec leurs tubercules, tout comme les topinambours.

A chaque fois que vous sèmerez ou que vous planterez, il faudra le faire sur un terrain ameublé, et l’arrosage s’imposera de suite. Ceci permettra aux graines, ou aux plantes, une meilleure adhérence à la terre qui pourront ainsi commencer leurs cycles de vies végétales.

Comme je vous le recommande souvent, faites un dessin de l’emplacement de tous vos semis afin de pouvoir tenir compte du compagnonnage des plantes et de la rotation des cultures. Puis, si vous avez trop de plants ou de récoltes, vous pourrez toujours faire des échanges avec vos voisins, cela vous permettra d’élargir vos variétés dans votre propre jardin.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Propulsé par Frédéric Grimbert