Aujourd'hui nous sommes le 18/10/2017 il est 04:57:28 Bonne journée !

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Les limaces, comme les escargots, sont hermaphrodites et appartiennent à la classe des Gastéropodes. ‘Gastero’ en latin signifie ‘estomac’ et ‘pode’ veut dire ‘pied’. On peut donc dire et constater que ces deux mollusques sont de véritables estomacs d’un seul pied dévorant toutes les jeunes et tendres pousses sur leurs passages.

Ils adorent l’humidité et pour cette année 2016, ils sont gâtés. Pendant les nuits, les journées pluvieuses et à la rosée matinale, ils se promènent en dehors de leurs cachettes, qui se trouvent souvent en bordure de garde-manger. Durant la saison humide, les jardiniers peuvent trouver toute une jeune plantation réduite à néant en quelques jours.

Contrairement aux escargots, les limaces n’hibernent pas et sont présentes toute l’année. Elles sont actives à partir de 5 C° et quand l’humidité commence à manquer, elles s’entèrent sous le sol.

Une manière sûre pour lutter contre ce fléau est de favoriser la présence de leurs ennemis naturels. Celui que l’on connait tous et qui est un chasseur redoutable quand il s’agit de s’offrir un de ses mets préférés, est le hérisson. Pour favoriser sa présence au jardin, la confection de nids, en laissant des feuilles sèches et des brindilles, à plusieurs endroits sous une haie ou des tas de bois, vont l’attirer mais attendez toujours à ce qu’il s’y installe de lui-même. Ceux que l’on trouve dans la nature peuvent être soit des mâles à la recherche d’une partenaire, et ils ne resteront pas longtemps, soit des femelles à la recherche de provisions pour leur progéniture. D’autres prédateurs redoutables de ces mollusques sont des insectes comme les carabes, les vers luisants ou les staphylins. Parmi les oiseaux, dont nos gastéropodes figurent au menu à tout stade de leurs existences, on retrouve les grives et les musaraignes. Pour que ces aide-jardiniers s’installent dans les parages, aménagez-leur un endroit dans le jardin à l’abri de la tendeuse à gazon ou d’autres outils coupants et/ou bruyants. La présence de leurs ennemis peut réduire la population considérablement et lors d’une année à météo clémente cela peut suffire pour sauvegarder les végétaux.

Quand l’homme doit intervenir dans cette lutte naturelle, il peut dresser des barrières répulsives ou installer des pièges. Les barrières peuvent être réalisé avec de la cendre de bois, du sable blanc ou des coquilles d’oeufs. Pour que les barrières soient efficaces, il faut au moins une largeur de 2 cm pour une épaisseur de 1 cm autour des plantations. Les barrières en cendre demanderont à être renouvelées après chaque pluie. Les coquilles d’oeufs grossièrement concassées sont très efficaces, seul inconvénient, la quantité nécessaire à sa réalisation qui est, par contre, plus durable. Le marc de café est un  très bon répulsif contre les limaces et les escargots et il aide également dans la lutte contre la mouche de la carotte  et du poireau, les pucerons et les nématodes des racines.

La solution de la coupelle de bière à moitié enterrée, dont les limaces et escargots raffolent, les attire encore plus, puis n’épargne malheureusement pas ses prédateurs, et carabes comme staphylins risquent aussi de s’y noyer. S’ils ne viennent pas uniquement pour s’abreuver et repartir plus gaiement vers un autre festin.

Une méthode qui demande plus d’investissement personnel, mais à mes yeux est la plus efficace et la plus respectueuse, est l’installation de planches et de tuiles placées entre vos plantations. En début de saison, quand les nuits sont encore fraiches, un peu de paille suffit pour les attirer. Quand la terre est bien réchauffée, des jeunes fanes, comme des rondelles de pomme de terre, peuvent être placées sous les planches ou tuiles pour servir de plat facile à l’abri qu’il vous suffit de cueillir au petit matin. On peut aussi organiser une chasse nocturne en famille ou entre jardiniers munis de lampes frontales et de bocaux avec couvercle. Pour éviter qu’ils ne reviennent à la charge sur votre lopin de terre, relâchez-les à plus de 500 m sur un terrain loin des potagers qui leur offre une chance de survivre ou de servir comme plat de résistance à un de leurs prédateurs.

Le purin de rue dilué à 20% pulvérisé sur les plantes, repousse les limaces. Dans le commerce on peut se procurer des granulés à base de phosphate ferrique qui est un produit naturel. On peut aussi se procurer une préparation à base de nématodes (Phasmarhabditis hermaphrodita) qu’on peut pulvériser sur le sol.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Propulsé par Frédéric Grimbert