Aujourd'hui nous sommes le 23/08/2017 il est 16:54:23 Bonne journée !

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Unknown

 

Quand on se promène dans la nature, on peut observer que les végétaux se ressèment spontanément et que d’autres se multiplient par marcottage. Dans nos jardins, on peut mettre en place quelques astuces pour peupler, le moins cher possible, nos espaces de plantes. En plus de semer, on va prélever les rejets, diviser les touffes devenues trop denses, marcotter et bouturer pour partager, échanger et enrichir notre propre collection.

 

Concernant les semis, il y a déjà un article disponible sur le site, donc je ne vais pas développer le sujet à nouveau ici. 

La division, quant à elle, est le moyen de multiplication qu’on utilise pour les vivaces qui produisent de nouvelles pousses à la souche. Cela peut être aussi des plantes à système racinaire en rhizomes ou en tubercules. Quand une touffe de bulbes devient trop importante, on va la diviser en enlevant les caïeux. La période des divisions va de novembre à mars, mais s’effectue toujours par un temps hors gel et quand la terre n’est pas gorgée d’eau. Pour les sujets qui craignent le gel, ou qui ont un système racinaire charnu, on va préférer attendre le mois de mars.

Pour ce faire, il faut commencer par arracher la plante mère en la secouant pour enlever un maximum de terre de ses racines. Ensuite, il faut couper la souche de deux à plusieurs parties à l’aide d’un outil tranchant bien aiguisé si on n’y arrive pas à la main. On divise de façon que chaque morceau possède des racines avec au moins deux bourgeons ou pousses. Ensuite, on les débarrasse des éléments âgés ou abîmés avant de les replanter, dans l’instant, à la même profondeur, mais à autre endroit. Pour les petits éclats, on peut les mettre en pot pour les garder sous abri pour les planter la saison suivante.

 

Le marcottage est une technique pour multiplier les plantes dont les tiges s’enracinent facilement comme le framboisier par exemple. Il suffit d’enterrer un morceau de la tige en peu plus loin en la maintenant au sol avec un cavalier. Quand les racines se sont bien développées à l’automne, on peut la couper de la plante mère et la planter à un autre endroit. Il en existe une autre forme qui s’appelle marcottage aérien. Il permet de multiplier certains arbres, arbustes et plantes d’intérieurs. Ici, on va couper une fente dans une des tiges et l’envelopper de mousse humide. Pour tenir la mousse en place, on va la fixer à l’aide de film plastique ou de tissu en jute. Il ne reste plus qu’à attendre que les racines se forment pour couper et planter le nouveau sujet dans un substrat lui convenant. Cette méthode peut tout de même prendre jusqu’à deux ans pour certains sujets, alors, patience et vous verrez.

Quand on parle de drageonnage, on parle de plantes qui produisent des rejets ayant des racines. Pour les prélever, il suffit de couper en prévoyant assez de racines et les replanter aussitôt. 

Le bouturage est comme les semis, un mode de multiplication très utilisé pour sa facilité de réalisation. Selon la plante, on va bouturer la racine, la feuille, et plus fréquemment la tige. Plusieurs façons de bouturer ces végétaux existent et cela mérite aussi un article spécifique que je vous écrirais prochainement. 

 

Je vous entends déjà dire qu’il manque une chose : le greffage. J’estime que le greffage n’est pas une méthode proprement dite de multiplication des plantes, mais plutôt une pratique pour améliorer (ou pas) par greffage une variété donnant beaucoup de fruits par exemple, sur un porte-greffe proche de la variété en question, mais avec d’autres qualités comme la résistance aux maladies.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Propulsé par Frédéric Grimbert